Expérience clinique des praticiens équipés à travers le monde

anke-mothesDOCTEUR ANKE MOTHES
Gynécologue et coordinatrice du Centre du plancher pelvien
Clinique universitaire pour la santé de la femme à Iéna, Allemagne.
« La plupart de mes patientes ayant bénéficié d’un traitement Juliet ont rapporté une amélioration des symptômes urogénitaux après deux cycles de traitement et une période d’évaluation de 6 semaines. Le traitement est non chirurgical, non hormonal, mini-invasif, sans douleur, et très rapide. Juliet possède le potentiel nécessaire pour se développer en tant qu’approche nouvelle et alternative pour les gynécologues soucieux d’améliorer la qualité de vie de leurs patientes. »


leshunovDOCTEUR EVGENII LESHUNOV
Urologue et andrologue
Clinique du Professeur Yutskovskaya à Moscou, Russie.
« Juliet est un outil parfait pour mon travail quotidien, car je peux l’utiliser pour traiter
différents types d’affections comme l’atrophie vaginale, l’incontinence d’effort et la laxité vaginale. Il s’agit d’un nouveau concept pour les gynécologues, urologues et urogynécologues, qui nous aidera à obtenir de meilleurs résultats cliniques, notamment traiter des patientes pour lesquelles la chirurgie et l’hormonothérapie sont des contre-indications ».


milani-e-manodoro-1milan-e-manodoro-2

PROFESSEUR RODOLFO MILANI ET DOCTEUR STEFANO MANODORO 

Directeur du Département de gynécologie et d’obstétrique
Hôpital San Gerardo
Université de Milan-Bicocca à Monza, Italie
« Nous trouvons que Juliet est une excellente et toute nouvelle option pour les femmes présentant un syndrome génito-urinaire. Chez toutes nos patientes traitées avec Juliet, la santé vaginale et la qualité de vie ont été améliorées. »


elas-anawiDOCTEUR ENAS ALAWI
Directrice du département de chirurgie bariatrique
Algarhoud Private Hospital à Dubaï.
«Dans le domaine de la chirurgie bariatrique, nous avons utilisé Juliet pour traiter l’incontinence d’effort et la laxité vaginale chez des patientes obèses avec IMC supérieur à 40. Les résultats ont été très satisfaisants par rapport à nos attentes initiales. Nos patientes sont satisfaites des changements que Juliet a apporté dans leur vie, d’une manière non chirurgicale, non hormonale et surtout sans complications. »


Résultats histologiques

Des études histologiques montrent des processus de néocollagenèse et de néoangiogenèse déjà visibles dans des échantillons histologiques prélevés au bout de 7 jours après traitement. Toutes les patientes de cette étude ont également rapporté après 7 jours une meilleure lubrification vaginale, une réduction ou une disparition de la dyspareunie, une meilleure qualité de la vie sexuelle et une diminution du besoin d’uriner, de la fréquence et des pertes d’urine.

Source : Université de Milan-Bicocca, Hôpital San Gerardo, Monza, Italie – Département d’obstétrique et de gynécologie

PRÉPARATIFS HISTOLOGIQUES hématoxyline et éosine (200x)

PICTURE A
PICTURE A

A/ L’échantillon au jour 0 montre une modification de la stratification de l’épithélium ainsi qu’une kératinisation de la surface. Celle-ci se caractérise par une faible densité de cellules. L’épithélium apparaît atrophique, un aplatissement de la papille dermique à la jonction dermo-épidermique (point de jonction) peut être observé.


PICTURE B
PICTURE B

B/ Au 7e jour (après le premier traitement) on observe que l’épithélium pavimenteux est bien structuré. Dans les couches superficielles et profondes, une structure compacte et plusieurs noyaux cellulaires sont visibles. Les papilles sont par ailleurs plus profondes, ce qui dénote une bonne vitalité du tissu.


PICTURE C
PICTURE C

C/ 30 jours après le 1er traitement, la néocollagenèse et la néoangiogenèse sont certes encore visibles, mais une uniformité retrouvée du tissu apporte cependant la preuve d’une régénération tissulaire efficace. On constate en outre la nouvelle formation de collagène, attestée par les bandes blanches dans les
couches profondes.

Des études internationales prouvent l’efficacité du traitement avec la technologie Erbium:YAG des affections telles que l’atrophie vaginale, la laxité et l’incontinence d’effort.

 

Télécharger la vue d'ensemble des études